L’armée de terre cuite, un autre monde après la mort

Légende : L’armée de terre cuite ou le mausolée de l’empereur Qin ; créée par les artisans de l’empereur Qin ; 210 av. J.C. ; situé en Chine au nord du mont Lishan ; nature : sculptures ; genre : historique ; matériaux : poterie, métallurgie, métaux ; placé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Qu’est-ce que l’armée de terre cuite ? Située dans le mausolée de l’empereur Qin, cette armée est composée de plus de huit milles structures de terre cuite. Placé au nord du mont Lishan en Chine, le tombeau de l’empereur Qin Shi Huang est aujourd’hui recouvert d’un tumulus fleuri. Elle est enregistrée au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Qui est Qin ? Premier unificateur de la Chine, il utilisait ses pouvoirs d’empereur (politique, militaire et économique) de manière très dure. Cependant, il a amélioré le niveau social, culturel et artistique de l’empire chinois. Il mort en 210 av JC.

Pourquoi construire une armée de terre cuite lorsque, en tant qu’empereur, on en possède une réelle ? Dans la culture des empereurs chinois de cette époque, le mausolée était décoré et rempli d’objets avec lesquels les humains voulaient être accompagnés dans l’au-delà. Après sa mort, l’empereur Qin voulait retrouver un monde protégé par son armée. Sa place d’empereur lui plaisait, et il voulait à jamais reconstruire son monde sur terre pour le retrouver après la mort. Il a souvent été considéré comme « mégalomane ». En effet, il a reproduit l’ensemble de ses soldats armés (armes, chars, chevaux) dans un décor urbain représentant sa capitale : Xianyan.

Pour la petite histoire… En tant qu’empereur de grande importance, il savait que son tombeau serait recherché. Ne voulant pas que les êtres vivants pénètrent dans sa mort, il voulait que le lieu de son tombeau reste secret. Selon la légende, tous les ouvriers auraient été enfermés dans le mausolée pour que le secret ne soit jamais découvert à la suite de la mort de l’empereur. Pour finir de cacher le mausolée, il aurait été recouvert d’un tumulus plein de fleurs.

Comment construire une œuvre d’une telle envergure à cette époque ? Des milliers d’ouvriers provinciaux ont construit cette ville souterraine et ses habitants de terre cuite ainsi que orné le plafond d’étoiles pour représenter le monde. Les armes sont d’une puissance et d’un savoir-faire inégalables de nos jours. Cette armée constitue un témoignage historique de l’époque grâce au réalisme des personnages, chars, chevaux et armes qui sont tous différents, selon l’UNESCO.

Un autre monde ? Non pas un… mais trois autres mondes ! Tout d’abord, un monde réel mais passé. Il montre une époque où les artisans se donnaient cœurs et âme pour leur gouverneur, leurs œuvres et leur culture. Ensuite, en dehors de l’exception historique et structurelle, elle présente un autre monde culturel. Les empereurs de cette culture passaient leurs vies à imaginer et préparer leur mort en créant et construisant, à proprement parler, leur monde futur. Il s’agit donc d’un monde dans lequel le temps n’a aucune importance : construire aujourd’hui son futur au-delà de la mort, pour se rappeler de notre passé pour l’éternité. Enfin, un autre monde après la mort. Le monde de la mort n’est ici qu’une continuation de la vie construite et aménagée pour que chacun crée son propre paradis.

Sources 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s